Association


LA MAISON DE QUARTIER DE SAINT-JEAN EST GÉRÉE PAR UNE ASSOCIATION D’HABITANTS

Si la Maison de Quartier existe, c’est parce que dans les années 1985, une poignée d’habitants du quartier se sont regroupés afin que Saint-Jean ne soit plus le « désert » socio-culturel qu’il était. Le besoin d’un lieu ouvert à toutes les générations était si fortement ressenti que, très vite, de nombreux habitants du quartier ont rejoint l’association.
Celle-ci est entrée en pourparlers avec la Ville de Genève afin d’être reconnue comme un partenaire. La Ville a acheté deux maisons à la rue de Saint-Jean qu’elle a mises à disposition de l’association, elle a fourni une subvention pour le fonctionnement et, avec le soutien du canton, des animateurs ont été engagés.

Actuellement encore, la Maison de Quartier de Saint-Jean est gérée par cette association qui, comme il se doit, s’est dotée de statuts.

MAison de quartier de saint-jean


les membres

Tout habitant désireux de soutenir l’action de la Maison de Quartier peut devenir membre de l’association. Aucune cotisation n’est perçue. En devenant membre, vous manifestez votre intérêt pour l’existence d’une structure d’animation socio-culturelle à Saint-Jean et votre implication dans une dynamique collective de participation à la vie du quartier.

Pour cela, il suffit de remplir un bulletin d’adhésion et le comité se fera un plaisir de vous accueillir au sein de l’association.


UN PROJET INSTITUTIONNEL ET DES DIRECTIONS D’ACTIONS

L’association de la Maison de Quartier de Saint-Jean s’est dotée d’un projet institutionnel explicitant les valeurs qui sous-tendent les actions qu’elles compte mener dans le quartier. Une série de directions d’actions sont décrites résultant d’un choix de priorités effectué par le comité en concertation avec l’équipe d’animation. Ces directions d’actions sont revisitées régulièrement et font l’objet de discussions et d’une approbation par l’Assemblée Générale. De plus, chaque année, l’association se dote de priorités qui ont valeur d’ axes prioritaires du programme d’action de l’association pour l’année en cours.

Les professionnels travaillant à la Maison de Quartier en concertation avec les commissions concernées se chargent de la mise en œuvre de ces directions d’actions.


POUR GÉRER L’ASSOCIATION :

UN COMITÉ ET DES COMMISSIONS

Pour garantir le bon fonctionnement de l’association, pour assurer que les actions répondent bien aux besoins du quartier, pour veiller à une mise en œuvre cohérente des directions d’actions par l’équipe d’animation, des membres s’investissent dans la direction de l’association. Afin de responsabiliser celles et ceux qui souhaitent s’engager davantage et qui en ont le temps, deux niveaux d’implication ont été prévus :

Des commissions gèrent chacune un secteur d’activité de la maison de Quartier de la manière la plus autonome possible. Les membres de ces commissions sont nommés par le comité et ont ainsi la possibilité de s’investir seulement dans un domaine spécifique qui les intéresse (enfants, adolescents, aînés, finances, etc).
Un comité élu par l’Assemblée Générale assure la coordination entre les commissions et traite des dossiers au niveau de l’intérêt général de la MQSJ.
Chaque commission a un responsable qui siège au comité et qui s’y réfère chaque fois qu’un dossier ne peut pas être du ressort de la seule commission.

quartier libre


Quartier Libre, le journal

QUARTIER LIBRE N°117 AUTOMNE-HIVER 2017

Une version papier du dernier Quartier Libre vous attends à l’accueil de la Maison de Quartier de Saint-Jean.

Vous pouvez également le télécharger en format pdf  ici

Bonne lecture !

assemblée générale


Une fois par année, vers la fin du premier trimestre, l’ensemble des membres sont convoqués pour participer à l’Assemblée générale de l’association.

Comme dans toute association, l’Assemblée Générale est appelée à examiner si la gestion de la Maison de Quartier a été conforme aux buts recherchés et si elle a été correcte, notamment sur le plan financier. C’est aussi et surtout un moment d’échanges convivial durant lequel chaque membre peut exercer son rôle et s’immerger dans la vie de la Maison de Quartier.

COMME CHAQUE ANNÉE, L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 2018 EST OUVERTE À TOUTES ET TOUS, TOUTEFOIS, SEULS LES MEMBRES Y EXERCENT LE DROIT DE VOTE. L’ASSEMBLEE GENERALE DE 2018 AURA LIEU LE SAMEDI 14 AVRIL 2018 À 10H (ACCUEIL CAFÉ-CROISSANT DÈS 9H30). Vous trouverez prochainement l’ordre du jour ici.
La dernière assemblée générale a eu lieu le samedi 8 avril 2017, voici le PV AG 2017 à valider à la prochaine AG.

LE RAPPORT D’ACTIVITÉS ANNUEL

L’Assemblée générale est appelée à donner décharge au comité pour sa gestion sur la base d’un rapport d’activités que chaque membre reçoit un mois avant la séance.

Ce rapport d’activités énonce aussi les priorités pour l’année suivante, priorités qui sont soumises à discussion et à l’approbation de l’Assemblée générale.

FCLR (Fédération des Centres de Loisirs et de Rencontre)


LA MAISON DE QUARTIER EST MEMBRE D’UNE FÉDÉRATION : LA FCLR

L’association de la Maison de Quartier a accepté d’entrée de jeu d’exercer ses activités en partenariat avec la Ville de Genève et avec le canton dans un cadre légal déterminé.
Il existe en effet une loi genevoise, la loi relative aux centres de loisirs et de rencontres et à la Fondation genevoise pour l’animation socioculturelle (FASe) (J 6 11), qui fixe le cadre général des actions assurées par les maisons de quartier. Actuellement 43 centres de loisirs, jardins Robinson, Terrains d’aventure et Maisons de quartier existent sur le territoire cantonal, dont 15 en Ville de Genève.

Ces 43 centres doivent être membres de la Fédération cantonale des centres de loisirs (FCLR) s’ils entendent bénéficier de subventions et de la mise à disposition de personnel par la FASe. Notons que la Ville de Genève a ouvert récemment des « maisons citoyennes » qu’elle gère directement, comme le 99 rue de Lyon. Ces lieux ne sont donc pas aux mains d’une association et ne sont dès lors pas représentés à la FCLR.

La Fédération représente les intérêts des associations qui la composent auprès du Conseil de Fondation de la FASe où elle est représentée par 5 délégués. Elle est un lieu d’échanges entre les représentants des associations et elle fournit des soutiens et des formations aux membres des différents comités.

UNE CHARTE POUR L’ENSEMBLE DES MAISONS DE QUARTIER ET CENTRES DE LOISIRS

La Maison de Quartier de Saint-Jean a adhéré à la Charte cantonale des centres de loisirs, centres de rencontres, maisons de quartier, jardins Robinson et terrains d’aventures du canton de Genève, dont la première version remonte à 1993.

Elle reconnaît donc ancrer son action dans le cadre qui a été ainsi défini. Se voulant un complément et un développement de la loi cantonale, la Charte vise notamment les buts suivants:
– réaffirmer le rôle des centres et la spécificité de leur action
– exprimer leur nécessaire autonomie, chaque association répondant à des besoins spécifiques propres à son territoire d’implantation
– définir le sens et les finalités – la volonté de tendre à un même but – des actions d’animation partagés par tous les partenaires
– assurer la cohésion de l’ensemble des centres.

RÉFLEXIONS SUR LE SENS DE L’ANIMATION SOCIOCULTURELLE

Retour sur un débat organisé le 19 novembre 2015 à la Maison de Quartier de Saint-Jean.

Partenaires institutionnels


L’association de la Maison de Quartier a accepté d’entrée de jeu d’exercer ses activités en partenariat avec la Ville de Genève et avec le canton dans un cadre légal déterminé. Il existe en effet une loi genevoise, la loi relative aux centres de loisirs et de rencontres et à la Fondation genevoise pour l’animation socioculturelle (FASe) (J 6 11), qui fixe le cadre général des actions assurées par les maisons de quartier. De plus, une convention tripartite lie la Maison de Quartier à la Ville de Genève et à la FASe. Elle comprend notamment le programme d’actions de l’année.

LA FASE: FONDATION GENEVOISE POUR L’ANIMATION SOCIOCULTURELLE

Selon les termes de cette loi, « la Fondation a pour mission de garantir la réalisation par les centres de leur tâche, en assurant, sur l’ensemble du canton, une politique cohérente en matière de centres de loisirs et de rencontres. Elle coordonne les ressources humaines, financières et techniques mises à disposition à cet effet et appuie les centres dans l’élaboration et la conduite de leurs programmes d’activités. » (art. 8). Pour compléter la loi, des statuts et un règlement de la FASe ont été édictés.

La FASe est une fondation de droit public et est financée principalement par des subventions annuelles de l’Etat de Genève et des subventions annuelles des communes concernées. Elle est gérée par un Conseil de Fondation composé de 5 représentants du canton, 5 représentants de l’Association des communes genevoises, 5 représentants de la Fédération des centres de loisirs (FCLR) et 2 représentants du personnel.

Pour une Maison de Quartier comme celle de Saint-Jean, le rôle essentiel de la FASe est d’assurer la gestion générale du personnel (fiches de paie, assurances sociales, remplacements, etc.) alors que la gestion du quotidien de ce même personnel est du ressort du comité de l’association. C’est donc avec la direction du service des ressources humaines de la FASe que la collaboration est la plus forte entre la FASe et la Maison de Quartier de Saint-Jean, notamment pour l’engagement de personnel.

LE SERVICE DE LA JEUNESSE ET LE SERVICE DES ÉCOLES ET INSTITUTIONS POUR L’ENFANCE

La Ville de Genève est propriétaire du bâtiment qui abrite la Maison de Quartier de Saint-Jean et fournit une subvention annuelle de fonctionnement. De plus, un partenariat étroit permet d’assurer une cohérence des actions de la Maison de Quartier de Saint-Jean avec les priorités sociales de la Ville. Le lien s’effectue via la Délégation à la Jeunesse et le Service des écoles, tous deux faisant partie du Département de la cohésion sociale et de la solidarité.

SUR LE TERRAIN : DE NOMBREUX PARTENARIATS, UN FONCTIONNEMENT EN RÉSEAU

La Maison de Quartier de Saint-Jean est non seulement en contact avec de nombreuses associations du quartier oeuvrant dans le domaine social, mais elle œuvre aussi en réseau avec des partenaires institutionnels :
– les écoles primaires du quartier avec lesquelles elle collabore pour l’Escalade et d’autres manifestations
– le Cycle d’Orientation de Cayla avec lequel une collaboration étroite permet une complémentarité et une cohérence dans l’encadrement des adolescents
– les Ecoles du post obligatoire du quartier
– les TSHM (travailleurs sociaux hors murs) dépendant de la Délégation à la Jeunesse de la Ville de Genève
– l’Unité d’action communautaire du quartier (UAC) dépendant du Service Social de la Ville de Genève.

COMITÉ & COMMISSIONS (ACCÈS RÉSERVÉ AUX MEMBRES)


Accès réservé (mot de passe obligatoire)